Une idée de Genius?

Une idée de Genius?

Une start-up new-yorkaise promet de transformer notre façon de consommer et de produire des contenus éditoriaux. Je ne suis pas convaincue…

« Partout où il y a du texte, l’objectif sera de collecter des annotations ». C’est ainsi que Tom Lehman, cofondateur de Genius, envisage l’avenir dans une interview qu’il a accordée au New York Times.

 

Le retour du Stabilo boss

Avant de vous expliquer pourquoi je ne partage pas cette vision, voici une brève présentation de Genius: ce site permet à ses utilisateurs d’annoter tous les textes qu’ils parcourent. Pour mieux vous représenter ce nouveau service, je vous invite à lire cet article du Business Insider en cliquant sur les portions vertes. Les créateurs de cette startup new-yorkaise se sont d’abord concentrés sur les paroles de chansons de rap (Genius s’appelait d’ailleurs Rap Genius à l’origine). Ils ont ensuite intéressés à la poésie, aux textes politiques… Leur ambition désormais est de couvrir tous les contenus éditoriaux.

 

Une gêne pour les éditeurs et pour les lecteurs

Tom Lehman et ses associés parviendront-ils à convaincre les éditeurs – médias, institutions ou marques – d’intégrer Genius pour offrir la possibilité aux lecteurs d’annoter, en direct, leurs publications (actuellement, il faut passer par le site de Genius)? Je suis sceptique pour deux raisons:
tous les éditeurs ne prendront pas le risque de voir leurs contenus dégradés par des annotations peu qualitatives (sans intérêt ou, pire, injurieuses). En effet, Genius laisse le soin à ses utilisateurs de se modérer entre eux. Les auteurs n’ont pas la possibilité de supprimer une annotation, ils doivent se contenter de défendre leur position dans une nouvelle annotation.
Trop d’information tue l’information. Ces annotations, aussi enrichissantes soient-elles, grignotent la réserve d’attention des lecteurs et les éloignent du propos initial. Amis lecteurs, êtes-vous parvenus à lire en entier l’article du Business Insider (mentionné plus haut) et chacune de ses annotations? Moi, pas!

Dans un article très complet, la MIT Technolgy Review soulève d’autres points. Sachez tout de même que Genius a séduit de prestigieux investisseurs et levé plus de 55 millions de dollars. Je vous donne donc rendez-vous dans 6 mois pour voir si Tom Lehman a gagné son pari!

Pensez-vous que Genius sera bientôt incontournable?

NB: c’est grâce à L’Atelier que j’ai découvert Genius.

Share Button

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>